Slice left top
Slice left bottom
   
   
   
 
< Prev   Next >


14. L'USAGE DU TERRORISME EN ISLAM PDF Print E-mail
Written by Patrick Pahlavi   
L'USAGE DU TERRORISME EN ISLAM.


 

 

 

Avant de considérer si le terrorisme est compatible avec l'Islam, commençons par définir ce qu'est le terrorisme. Tout d'abord faisons la différence entre le terrorisme qui consiste à éliminer des personnes ciblées, que l'on assassine pour  ce qu'ils ont fait ou ce qu'ils représentent, et l'autre terrorisme qui, pour faire pression sur un groupe adverse désigné, tue n'importe qui, n'importe où, n'importe quand. Dans le cadre de notre analyse, nous ne retiendrons ici que cette derniere forme de terrorisme.

Ce terrorisme tue n'importe qui. Ceux qui ont le malheur de se trouver là, lorsque la bombe explose. Le terroriste ne sait rien des personnes qu'il va tuer. Rien. Ni leur age, ni leur sexe, ni leur nationalité, ni leur croyance ou leur appartenance religieuse, ni ce qu'ils ont fait au cours de leur vie; il n'en a aucune idée.

Le terroriste se permet d'agir comme un cataclysme aveugle, qui tue n'importe qui. Le problème c'est qu'un cataclysme ne peut ressentir la souffrance qu'il inflige aux hommes, alors qu'un être humain devrait normalement en être capable. Mais pour ressentir quoi que ce soit il faut, tout d'abord, être en contact avec son coeur. Or, le Coran nous avertit:

"Ce ne sont pas leurs yeux qui sont aveugles mais leurs coeurs qui, dans leurs poitrines, ont été aveuglés". Coran, S22A46.

Plusieurs versets du Coran nous disent que certains juifs et certains chrétiens ont dévié de la religion que Dieu leur a donné. Les musulmans ont-ils considéré que cela pouvait leur arriver à eux aussi? Se croient-ils à l'abri d'une telle déviance? Cette déviance est induite, justement, par le non accès au coeur, ce qui a pour résultat de les aveugler aux commandements mêmes de Dieu. Car quant à ne pas tuer des innocents, comment le Coran pourrait-il être plus clair?

"Celui qui tue un être humain qui n'a pas lui-même tué ni commis de violence sur la Terre, est considéré comme ayant tué l'humanité toute entière. Celui qui sauve un seul être humain est considéré comme ayant sauvé toute l'humanité".  Coran, S5A32.

Ce verset ne fait pas qu'interdire le meurtre d'un innocent, il instale également  la valeur de l'individu. Celui-ci vaut autant que l'Humanité toute entière.

La souveraineté de l'individu peut sembler banale aujourd'hui, surtout dans un contexte démocratique, mais cela n'a pas toujours été le cas. Avant l'Islam, les arabes vivaient une époque d'ignorance que l'on appelle la Jahiliah. Durant cette période, l'identité était donnée au groupe, à la tribu, et non a l'individu. C'est ainsi, par exemple, que si une personne d'une tribu tuait une personne d'une autre tribu, il n'était pas nécessaire de s'en prendre au meurtrier. Toute personne de sa tribu faisait l'affaire! 

C'est ce même mécanisme qui était à l'oeuvre avec l'esclavage. Une personne,  n'appartenant à aucune tribu, n'avait pas d'identité et pouvait donc être achetée ou vendue, comme une bête ou un objet. C'est encore pour cela également que lorsque la tribu du prophète décida de le tuer, elle dût d'abord l'exclure de la tribu afin de lui retirer toute identité.

Heureusement, l'Islam change cette situation infernale en donnant, à l'instar de ses religions soeurs, l'identité à l'individu. Celui-ci comparaitra seul devant Dieu et ne répondra que de ses seules actions. C'est l'individu qui est l'étalon de valeur et non les systèmes sociaux qu'il peut engendrer.

Le terrorisme dit musulman, marque un retour à l'ère de l'ignorance pré-islamique, la Jahiliah. En effet, en ciblant des personnes inconnues, le terrorisme leur retire toute identité et réduit à nouveau la valeur de l'individu à zéro. Il utilise l'individu comme vulgaire munition dans une guerre qu'il livre de tribu à tribu. La tribu dite islamique contre la tribu américano-juive ou même plus large à présent, la tribu démocratique toute entière. C'est donc pourquoi le terrorisme dit islamique est totalement contraire au Coran.

Le terrorisme est une technique de lutte subversive instituée par Lénine à partir de l'héritage de Marx. Ce dernier en effet, en niant l'existence de l'Esprit et de l'âme, avait préparé le terrain pour ce genre d'atrocités. L'être humain n'étant plus à ses yeux que de la matière biologique il n'était plus si grave de le tuer. Pourtant, si le terrorisme est normal au marxisme-léninisme, il est en revanche totalement contraire à l'Islam pour qui l'Esprit est l'Absolu et l'âme, sa présence en nous, colorée par le vitrail de notre psychée et de notre identité psychologique.

En 1965, l'Union Soviétique créait l'International Terroriste pour lutter contre les Etats Unis. Pendant de nombreuses années l'Organisation pour la Libération de la

Palestinne, l'OLP,  a utilisé les techniques terroristes marxistes-léninistes sans jamais y associer l'Islam. A l'époque le terrorisme est laïque.

C'est en 1972, très exactement, que quatre jeunes gens, échappés du Front National Iranien, créent le pendant à l'OLP, l'OLI ou l'Organisation pour la Libération de l'Iran. La même année, ils rencontrent l'ayatollah Khomeiny à Nadjaf en Irak.

Celui-ci leur fait remarquer que le non OLI ne parlera certainement pas aux masses iraniennes. Il leur propose de prendre un nom plus islamique et leur donne celui de Modjaheddin e Khalqh. En échange, les jeunes iraniens lui expliquent qu'à notre époque la lutte contre les Etats Unis -- qui soutiennent le Shah -- doit utiliser des méthodes subversives plus efficaces et plus modernes que défiler dans les rues recouvert du Kafan, le drap dans lequel on enterre les morts. Khomeiny est celui qui introduit le terrorisme marxiste-léniniste en Islam. Il va jusqu'à proclamer que cette technique est la bombe atomique du pauvre. Ce sont ces épousailles entre le rouge bolchévique et le noir du fanatisme chiite, qui permettront au terrorisme dirigé contre les Etats Unis de survivre à l'effondrement de l'Empire Soviétique.

Nous sommes bien sûr, avec cette nouvelle donne islamiste, aux antipodes de la miséricorde et de la Justice du Coran et de son prophète Mohammad. Le pouvoir que les musulmans perdent par leurs divisions internes multiples, ils cherchent à le retrouver par la terreur et le meurtre d'innocents. Ce faisant, ils sortent du cadre imposé par le Coran: il y a déviance.

Ce qui est inquiétant c'est que cette maladie semble s'étendre assez rapidement au sein du un milliard trois cent millions de musulmans dans le monde. Ce serait aux musulmans eux-mêmes de combattre cette maladie qui infecte leur religion au lieu d'en laisser le soin à l'Occident. Je crains qu'ils soient même les seuls à pouvoir le faire. Mais pour cela il leur faut renouer avec les versets du Coran qui, comme on vient de le voir, condamnent cette barbarie. Remarquez, celle-ci n'est pas nouvelle et elle peut frapper n'importe quelle religion. La religion chrétienne, notament durant l'inquisition, porta l'étendard noir de cette terreur. Aujourd'hui il est aux mains des musulmans. Mais, quelque soit la religion qui le porte, cet étendard n'est que celui de la folie des hommes, de la souffrance encapsulée  en leurs coeurs dès l'origine et les religions qui ne sont que des prétextes pour notre répression intérieure n'en sont pas responsables.

 

 
< Prev   Next >
 
© 2009 Prince of Persia Communication Office